Project Description

Dans la capitale autrichienne, le café est bien plus qu’un simple lieu de rendez-vous : c’est une véritable institution! Il parait que passer du temps à table à lire le journal et à déguster une pâtisserie accompagnée d’un expresso corsé est officiellement un passe-temps culturel viennois. Et pour brûler les calories contenues dans une part de Sachertorte, rien de tel qu’une visite à pied de la ville! Découvrez l’étonnante architecture traditionnelle, moderne et sécessionniste de Vienne, laissez-vous enivré par le parfum des fleurs dans les magnifiques parcs ou visitez les nombreux monuments, églises et musées que Vienne vous propose. Un long weekend est idéal pour faire le tour des principales attractions, mais comptez une petite semaine sur place pour apprécier encore plus cette ville pour le moins impériale!

Pour ma part, j’ai eu l’occasion de visiter Vienne à plusieurs reprises, seul et avec des amis, et pendant plusieurs jours à chaque fois. J’ai ainsi eu l’occasion de voir un peu de tout, de grands jardins fleuris à différents musées et églises, en passant par de charmantes terrasses et autres points de vue. Je suis même retourné à certains endroits plusieurs fois et c’est pourquoi il m’est difficile d’écrire, comme je le fais d’habitude, un article résumant plus ou moins une ou plusieurs journées de visite : je risque de tout mélanger ou pire, de me répéter! Aussi, une fois n’est pas coutume, je vais procéder autrement et vous propose ainsi un regroupement de différents lieux que j’ai visité et que je vous invite à voir également. Cette liste est bien entendu loin d’être exhaustive, mais j’entends bien retourner à Vienne pour l’approfondir et notamment pour aller voir un opéra avec un de mes meilleurs amis, activité qui d’ailleurs n’a que peu d’intérêt à faire en solo…

Durant mon dernier voyage, je me suis procuré la fameuse Vienna Card, un véritable sésame qui, en plus de vous offrir la gratuité des transports publics (métro, bus et tramways) pendant 48h/72h, vous propose également quantité de rabais et diverses offres pour de nombreux musées, galeries, restaurants et autres lieux culturels tels que Hofburg ou Schönbrunn (210 réductions en tout!). Comptez respectivement € 21 pour la carte valable 48h et € 23.-, pour la carte valable 72h. Comme dans beaucoup de capitales européennes, j’apprécie grandement ces cartes. Elles ne se valent pas toutes entre elles, mais en règle générale, elles constituent un pass clairement indispensable et fais économiser à la fois du temps et de l’argent.

Pour ce qui est de mon hébergement lors de ces différentes visites, j’ai eu l’opportunité de loger chez des amis et pour mon dernier voyage, j’ai trouvé une petite chambre à 5 minutes de la Westbahnhof (gare de l’ouest), Vienna City Room. Cette visite ayant été programmée à la dernière minute, il faut dire que je n’ai pas eu beaucoup de choix et malgré la faible disponibilité des chambres d’hôtels à ce moment, j’ai eu de la chance d’en trouver une à un très bon prix. Malgré sa situation quelque peu hors du centre, on peut rejoindre n’importe quelle partie de Vienne via le métro de la station Westbahnhof, ce qui est plutôt pratique.

  • Bien situé, à 5 minutes de la Westbahnhof.
  • Propre, moderne et confortable, avec deux lits pour le prix d’un!
  • Bon rapport qualité-prix, surtout à la dernière minute!
  • Excellent wifi.
  • Frigo pratique pour stocker ses bouteilles d’eau!
  • Éloigné du centre historique, mais rien qui ne puisse être atteint par le métro.
  • Salle de bain très étroite, surtout la douche et la porte coulissante qui ferme… ou ne ferme pas.
  • Alentours un peu glauque le soir, mais surtout au niveau de la Westbahnhof.

Vienne l’Impériale, ancienne capitale de l’Empire austro-hongrois

Comme le dit l’adage, « Le monde appartient à ceux qui se lèvent tôt ». Mettons donc cela en pratique avec un réveil très matinal et un trajet avec l’un des premiers métros en direction du château de Schönbrunn et de son parc. Ce dernier ouvre aux alentours de 6h du matin et le soleil levant accentuent alors certaines couleurs et offre ainsi de beaux panoramas des lieux, ces derniers étant en prime complétement déserté par les touristes. Si vous le pouvez, procurez-vous à l’avance votre billet pour le château et combinez-en la visite avec une promenade au cœur du parc.

Prenons ici l’exemple du matin, comme j’ai eu l’occasion de le faire. L’endroit est très calme et il est très agréable de déambuler ainsi dans les nombreuses allées bordées d’arbres, de statues, de fontaines et de quelques bancs. Comptez toutefois sur quelques promeneurs et leurs chiens, ainsi que quelques joggeurs motivés, mais rien d’aussi ennuyant qu’une foule compacte de touristes. Quelques monuments sont à voir dans le parc, notamment la Serre aux Palmiers et son jardin, ainsi que quelques jolies ruines et fontaines.

En revenant tôt ou tard le long de l’allée centrale, vous passerez devant la fontaine dédiée à Poséidon avant d’entamer la montée de la colline voisine via l’un des deux chemins parallèles menant à la Gloriette, un magnifique pavillon de plaisance. Le terme « gloriette » s’apparente normalement plus à un petit pavillon de jardin, voir un temple à l’antique, mais celui de Schönbrunn fait dans l’exubérant et comporte en plus un café-restaurant en son sein et un point de vue à son sommet. Ce dernier est intéressant, mais le panorama de la ville que l’on voit depuis la base du monument est amplement suffisant. Quant au restaurant, rien d’exceptionnel si ce n’est les prix pratiqués. Une visite matinale vous permettra également d’admirer de magnifiques reflets dans l’eau du bassin adjacent, une juste récompense après votre arrivée au sommet et du coup, on ne regrette pas de s’être levé tôt!

Si vous avez votre billet pour la visite du château, allez-y, encore une fois, à l’ouverture. Une fois à l’intérieur, nul besoin de recourir aux services d’un guide, à moins de venir directement sur les lieux accompagnés par l’un d’entre eux. Les audio-guides, disponibles gratuitement à l’entrée, feront amplement l’affaire. Les sacs et autres objets encombrants sont à laisser aux vestiaires et les photos et vidéos sont interdites. Enfin, sachez qu’il existe plusieurs types de billets donnant à accès à tout ou une partie seulement de 40 salles que l’on peut visiter, ainsi que des combinaisons avec certaines parties des jardins et le zoo du parc, avec son couple de pandas. Durant ma visite du château, j’en prend clairement plein les yeux côté architecture, ameublement et décoration, c’est grandiose! Côté culture, l’audio-guide est une plus-value appréciée et fournit un contenu assez bref, mais néanmoins intéressant. Vous l’aurez compris, Schönbrunn est un incontournable, à voir absolument!

A présent, retour au centre-ville pour y découvrir ses différents monuments. Enfin, une petite partie, car ces derniers sont légion et éparpillés dans tout le centre historique. Impossible de tout voir, surtout en une journée, aussi essayez de regrouper différentes visites au sein d’un même secteur/arrondissement. Un exemple d’itinéraire simple à suivre est celui de la Ringstraße, un des plus beaux boulevards de Vienne, bordé par les monuments les plus importants et encerclant tout le premier arrondissement de la ville. Descendons à l’arrêt Schottentor et dirigeons-nous vers l’Église votive (Votivkirche), décidément toujours en cours de rénovation entre deux visites pourtant espacées de plusieurs années.

Consacrée le 24 avril 1879, jour des noces d’argent de l’Empereur François Joseph et de l’Impératrice Élisabeth, les planifications pour sa construction débutèrent déjà en 1854, quelques mois seulement après un attentat manqué visant l’Empereur. Son frère, l’archiduc Ferdinand Maximilian, lança un appel de dons « en guise de remerciement pour le salut de Sa Majesté ». L’architecte Heinrich von Ferstel fut ensuite chargé de la construction de la basilique néogothique à trois nefs suivant le schéma d’une cathédrale française. L’église, plus précisément l’ancien « Hoforatorium », abrite également un musée dont la pièce d’exposition majeure est celle de « L’Autel d’Anvers », considéré comme l’œuvre d’art la mieux préservée en ce genre. L’aspect architectural intérieur du plus pur style gothique, ainsi que les nombreux et magnifiques vitraux colorés me plaisent tout particulièrement.

En suivant la Ringstraße en direction du sud, on passe à côté de l’imposante Université de Vienne avant d’arriver devant l’Hôtel de Ville (Rathaus). La tour de l’édifice, que l’on peut voir de loin, fait 97,9m de haut et est devenu un véritable emblème de la ville. Ce lieu est la résidence officielle du maire et le lieu de réunion du sénat municipal/gouvernement régional et du conseil municipal/de l’assemblée du Land. Il fut construit de 1872 à 1883 et est passé maître dans l’usage du superlatif : ce n’est en effet pas moins de 30 millions de briques et plus de 40’000 mètres cubes de pierre naturelle qui furent utilisés. Avec ses 2’804 m², la cour entourée d’arcades de l’Hôtel de Ville est l’une des plus grandes cours intérieures d’Europe.

Une des salles notable de l’édifice est celle des fêtes, avec ses 71 mètres de long, 20 m de large et 18,5 mètres de haut. Si cela était autorisé, pas moins de 1500 couples pourraient y danser la valse en même temps! De nombreuses manifestations sont régulièrement organisées à la fois dans et devant le bâtiment, ce qui le rend difficile à photographier entièrement de l’extérieur. En face de la place de l’Hôtel de Ville se trouve le Burgtheater, un théâtre inauguré en 1888 et parmi les plus importants d’Europe. Après la Comédie Française, c’est le plus vieux théâtre toujours existant dont toutes les pièces sont jouées en Allemand. On peut visiter l’édifice, mais assister à l’une des représentations est bien plus intéressant!

Un peu plus bas, toujours sur la Ringstraße se trouve le Parlement de Vienne, un superbe édifice aux allures de temple grecque avec ses multiples colonnes, statues et fresques dont sont friands les architectes viennois et votre serviteur. L’édifice abrite aujourd’hui le Siège du Conseil national et du Conseil fédéral qu’il est possible de visiter sous certaines conditions.

Juste en face du Parlement, de l’autre côté de la route, on entre dans le Jardin du Peuple (Volksgarten), un magnifique petit parc public respirant le calme et la tranquillité, parsemé de fleurs et l’endroit idéal pour se reposer entre deux visites. Situé sur les fortifications que Napoléon avait fait sauter lors de l’occupation française de 1809, le parc est pourvu de nombreux bancs, de quelques fontaines ainsi que d’autres curiosités comme le Theseiontempel, réplique du Théséion d’Athènes ou encore un monument à la mémoire de Sissi, dans la partie nord-est.

Depuis le Volksgarten, il est facile de se rendre sur la place Marie-Thérèse toute proche, au cœur du « quartier des musées ». Ce joli bout de jardin est réalisé d’une manière pour le moins originale de part sa situation entre le musée d’histoire naturelle et le musée de l’histoire de l’art, deux immenses bâtiments à l’aspect identique. Se tenir au milieu de la place, juste en face de la statue dédiée à Marie-Thérèse, est impressionnant et on se croirait presque au cœur d’un miroir!

Dans le musée d’histoire naturelle, c’est plus de 20 millions d’objets qui sont présentés et qui vous aideront à découvrir l’histoire de la Terre et l’époustouflante diversité de la nature. Les nombreux spécimens empaillés d’espèces animales menacées ou même définitivement disparues que possède la collection, lui confèrent une valeur inestimable. Pour ce qui est du musée de l’histoire de l’art, il accueille aujourd’hui de vastes collections appartenant aux Habsbourg. Avec ses innombrables chefs-d’œuvre et sa collection de Bruegel, la première au monde, il compte aujourd’hui parmi les plus grands musées du monde et, tout comme son voisin d’en face, vaut clairement le détour!

Direction maintenant vers la Heldenplatz, une place splendide, conçue jadis comme vaste forum impérial, et qui offre aujourd’hui un panorama fascinant des toitures couvrant les édifices de la Ringstrasse. C’est Napoléon qui fit raser ici les anciens bastions. Plus tard, on construisit la porte extérieure appelée Burgtor et l’on transforma la place et son parc attenant, le Volksgarten, en zone de détente. Faire face à la gigantesque porte aux multiples entrées est déjà impressionnant en soi, mais une fois franchie, le spectacle qui s’offre à nos yeux est un véritable régal! Nous entrons au cœur d’un immense complexe impérial de palais et de musées, et si vous êtes amateur d’art et d’histoire, c’est assurément ici que vous passerez le plus clair de votre temps lors de votre visite à Vienne… Prêt pour un voyage historique dans le passé de l’Empire austro-hongrois? C’est parti!

Attention tout de même à garder un œil sur votre montre, sans quoi vous risquerez de perde toute notion du temps et de passer la totalité de votre journée en ces lieux. Bah, au final, ce n’est pas si mal, non? D’ailleurs, ce complexe est un paradis les jours de pluie, car il y a de quoi occuper le touriste, et ce pour bien plus d’une journée! Impossible de résumer la quantité de merveilles que j’ai eu la chance de voir, mais je peux tout de même vous recommander la visite des lieux suivants : les appartements impériaux et le palais, la bibliothèque national, le centre du congrès, le musée Sisi, l’école d’équitation espagnole, la chapelle et le trésor, pour ne citer qu’eux. A cela s’ajoute aussi quelques fameuses collections comme celle de l’argenterie impériale, les armes et armures, et les instruments de musiques anciens. A nouveau, je précise qu’il est inutile d’espérer tout voir en une seule journée: effectuez donc une sélection parmi les endroits qui vous plaisent le plus dans les différents guides touristiques et n’hésitez pas à entrecouper vos visites par une promenade ou deux dans les environs.

Et pour se balader, pas besoin d’aller bien loin : les alentours du Hofburg fourmillent de jolies bâtisses, de charmantes églises et autres édifices à l’allure majestueuse parmi lesquels figurent notamment l’Église des Minimes à gauche ci-dessous, l’Église Saint-Michel au milieu et enfin l’Église des Jésuites de Vienne à droite. N’oubliez pas également de jeter un œil de plus près aux différentes statues éparpillées un peu partout!

Du côté sud et légèrement à l’écart du Hofburg se trouve un autre musée qui vaut le coup d’œil, le Musée d’Éphèse. Quarante des soixante-dix mètres de la frise du Monument des Parthes sont exposés ici : un panorama de scènes de combats où sont représentés avec brio la lutte, la chasse, les arts équestres et la victoire. Outre cet important relief, vestige de la domination romaine en Asie Mineure au 2e siècle après J.-C., on pourra admirer d’autres pièces majeures qui témoignent d’une culture aujourd’hui disparue. L’édifice a pour voisin le parc de Burggarten, un jardin d’agrément avec son monument dédié à Mozart et sa Serre aux papillons (Schmetterlinghaus), considérée comme l’une des plus belles serres Art nouveau du monde. Depuis 1998, cette immense construction de 280 m2 qui domine le jardin du Palais impérial, abrite des centaines de papillons exotiques, voletant en toute liberté. Dans cette forêt tropicale en miniature, constamment maintenue à 26°C avec un taux d’humidité de 80%, ils retrouvent presque leurs conditions de vie naturelles et offre aux visiteurs un merveilleux spectacle!

Vous pensiez en avoir fini avec Vienne? Que neni! J’ai n’ai fais qu’effleurer la surface de l’iceberg en mentionnant ici un dixième seulement de ce qu’il y a à voir et à faire au sein de la capitale autrichienne. Vous trouverez ci-dessous l’équivalent d’une seconde journée de visite agrémentée d’autres endroits célèbres de la capitale qu’il ne faut manquer sous aucun prétexte! Ah, j’allais oublier. Normalement, ma visite d’une ville ou région s’accompagne toujours d’un ou plusieurs repas typique et cette visite de Vienne a fait quelque peu exception à la règle. Je m’explique: lorsqu’il fait très chaud, j’ai tendance à perdre tout appétit, même après une journée complète à déambuler dans les rues. C’est plutôt pratique lorsqu’on veut perdre du poids, mais pas quand on veux s’essayer aux spécialités culinaires d’un pays étranger.

En espérant que vous ne souffrez pas du même problème que moi, je ne peux que vous conseillez de vous attabler dans un sympathique restaurant et de goûter aux diverses spécialités autrichiennes, qu’il s’agisse de pâtisseries comme la Sachertorte ou encore de plats plus consistants comme un Knödel (grosses boulettes rondes à base de pommes de terre ou de pain), un Schweinsbraten (rôti de porc), un Tafelspitz (pot-au-feu de bœuf servi avec du bouillon) ou encore un Wiener Schnitzel. A l’heure où j’écris ces lignes (soit après être revenu de ce voyage), je peux vous dire que cela me met l’eau à la bouche, miam!

Vienne l’Impériale, seconde partie

Nouvelle journée, nouvelles visites! Aujourd’hui, tout comme pour le château et parc de Schönbrunn, prenons le métro de bon matin jusqu’à l’arrêt « Schloss Belvedere ». Bienvenue au Belvédère, un ensemble architectural de grande qualité. C’est le prince Eugène de Savoie (1663 – 1736), brillant général et grand amateur d’art, qui commanda à Johann Lukas von Hildebrandt ce palais-jardin pour en faire sa résidence d’été, aux portes de la ville. Cette œuvre d’art totale de l’époque baroque est en réalité constituée de deux châteaux (Belvédère supérieur et Belvédère inférieur) et abrite aujourd’hui de nombreux témoignages de l’art autrichien, du Moyen Age à l’époque actuelle. Un tour dans les jardins s’impose, avant d’entrer un peu plus tard dans le Belvédère supérieur afin d’admirer, entre autre, l’exquise collection Gustav Klimt (la plus grande au monde) sans oublier les appartements et salons d’apparat du prince Eugène, d’une beauté et d’un style architectural incroyable!

L’ordonnancement des jardins est intéressant, car il développe des allusions très ésotériques. Ainsi, le jardin le plus bas évoque les Quatre éléments, celui du milieu le Parnasse (la montagne des Muses) et le plus haut le séjour des dieux, l’Olympe. Au sommet des jardins, le Belvédère supérieur présente une façade extrêmement élaborée, empreinte d’influences orientales. Bâti pour servir de cadre aux fêtes éblouissantes organisées par son propriétaire, il devait, plus encore que le Belvédère inférieur où vivait le prince Eugène de Savoie, témoigner de la grandeur du monarque.

Un autre endroit présent dans de plus en plus de guides touristiques se trouve au nord-est du Belvédère et se nomme la Maison (ou musée) Hundertwasser. Il s’agit du HLM le plus étonnant de la capitale: panneaux de couleurs, formes irrégulières, végétation qui pousse un peu partout… Le peintre Friedensreich Hundertwasser a su donner une impulsion nouvelle à l’architecture viennoise et les bâtiments du Kunst Haus Wien, bien que légèrement excentrés, valent le coup d’œil, tant par leur style que leur concept plutôt original!

Après cette petite parenthèse, nous reprenons la route au nord-ouest depuis le Belvédère. Après quelques minutes de marche, nous arrivons sur la place Schwarzenbergplatz, dominée par l’imposant monument érigé en 1945 afin de commémorer les 17’000 soldats russes morts durant une violente bataille contre les Nazis qui a duré presque deux semaines, au début du mois d’avril 1945, et qui mis fin à des années d’occupation nazie.

Non loin de là se trouve l’Église Saint-Charles (Karlskirche), bâtiment d’art religieux imposant et dernière grande œuvre du célèbre architecte baroque Johann Bernhard Fischer von Erlach. Elle fut construite selon le souhait de l’empereur Charles VI pendant une épidémie de peste et fut consacrée au saint patron de l’empereur, saint Charles Borromée. Je ne l’ai pas forcément précisé, mais certaines églises font payer l’entrée et/ou la visite, renseignez-vous donc sur ce que vous trouverez à l’intérieur! Rassurez-vous toutefois, car je vois mal comment on pourrait regretter de pouvoir admirer de plus près la pléthore de trésors culturels que Vienne a à offrir!

On remonte vers le centre, toujours en direction du nord. Vous n’allez certainement manquer le prochain bâtiment, car il est aussi imposant que célèbre : il s’agit de l’Opéra national de Vienne, l’une des toutes premières adresses lyriques et l’un des plus grands opéras au monde. En ses murs, on peut littéralement savourer une diversité au plus haut niveau de qualité avec des productions d’un niveau exceptionnel et un programme changeant tous les jours : plus de 50 opéras et ballets 300 jours par saison! Mettez votre plus belle tenue et ne manquez pas de passer une soirée mémorable dans ce lieu chargé d’histoire! Comme précisé en début d’article, j’espère vivement pouvoir assister à une représentation avec un ami, et pour ne pas faire les choses à moitié, ce sera costume trois pièces! A votre avis, ça se trouve à louer pour pas cher, ce genre de vêtement?

Juste derrière l’opéra se trouve le célèbre hôtel Sacher, un énorme palace viennois fondé en 1876 par Eduard Sacher comme maison meublée. C’est sa veuve, Anna Sacher, qui le transforma en l’un des hôtels les plus raffinés du monde et le rendez-vous de l’aristocratie et des diplomates. La spécialité des cuisines de l’hôtel est bien évidement la Sachertorte, inventée par le père d’Eduard, Franz Sacher, alors pâtissier du prince de Metternich. A accompagner d’un chocolat chaud en hiver ou un café glacé en été!

Toujours à proximité immédiate de l’opéra (décidément!) se trouve l’Albertina, qui outre le fait d’héberger l’une des plus grandes et précieuses collections au monde de dessins avec des œuvres telles que le « Lièvre » de Dürer et les esquisses féminines de Klimt, possède également de nombreux chefs-d’œuvre de l’art moderne, couvrant ainsi le spectre de Monet à Baselitz en passant par Picasso. C’est également le plus important des hôtels particuliers des Habsbourg et il occupe une situation majestueuse sur l’une des dernières fortifications de Vienne, à la pointe sud du Palais Impérial.

En remontant maintenant la rue de la Carinthie (Kärntner Straße), l’une des rues les plus touristiques de Vienne, vous passerez sans aucun doute à côté de l’église des Capucins, sous laquelle se trouve la Crypte impériale. Réservée aux membres de l’ancienne famille régnante en Autriche, les Habsbourg, ces derniers y sont enterrés depuis 1633. Vous trouverez ici pas moins de 149 Habsbourg, dont 12 empereurs et 19 impératrices et reines. Le magnifique double tombeau de Marie Thérèse et de son époux l’empereur François Ier du Saint Empire, est l’œuvre de Balthasar Ferdinand Mol et est sans doute l’un des plus imposants. Le dernier empereur enterré ici est l’empereur François Joseph Ier (1916). Les tombeaux du prince héritier Rodolphe et de l’impératrice Élisabeth s’y trouve également, ce dernier étant facilement reconnaissable à la vue des bouquets de fleurs généralement présents. Aujourd’hui encore, des enterrements ont lieu dans la crypte impériale, le dernier en date étant celui de l’ancien prince héritier et homme politique européen Otto Habsbourg le 16 juillet 2011.

Au bout de la rue passante, nous arrivons finalement sur Stephansplatz ou Place Saint-Étienne, la place centrale de la capitale autrichienne. Le monument le plus imposant des environs est sans aucun doute la cathédrale Saint-Étienne, l’emblème de Vienne. Sa construction débuta au 12e siècle et l’édifice gothique est de nos jours le plus important d’Autriche. La cathédrale fait 107, 2 mètres de long, 34,2 mètres de large et possède quatre tours, la plus haute étant la tour sud (136,44 mètres).

343 marches permettent d’accéder au Türmerstube qui offre une vue imprenable sur Vienne et où on peut apercevoir l’aigle à deux têtes k.u.k. ainsi que les armoiries de la ville de Vienne et de l’Autriche ont été reproduits en tuiles colorées sur les toits de la cathédrale. L’intérieur de la cathédrale a, quant à lui, changé en permanence au fil des siècles jusqu’à l’époque baroque. L’entrée est gratuite et constitue évidemment un incontournable!

Toujours dans les environs de la cathédrale se trouve la Graben, l’une des places les plus connues de la capitale autrichienne. Il faut reconnaître qu’elle a de quoi enthousiasmer les promeneurs, tant par sa taille que par son architecture flamboyante! C’est un vrai plaisir de s’y balader tout en découvrant ses particularités architecturales, ses restaurants chics et ses boutiques de luxe! Mais, ce n’est pas la seule raison pour laquelle les Viennois aiment s’y promener: en effet, l’endroit recèle tout un tas de curiosités atypiques, comme par exemple la Colonne de la Peste réalisée par Léopold Ier pour fêter la fin de l’épidémie de peste qui toucha la ville en 1679. Il faut dire qu’elle fit tout de même plus de 100’000 victimes! Enfin, n’hésitez pas à vous attabler à l’une des dizaines de terrasses de la place pour déguster une délicieuse pâtisserie viennoise!

Un tour à la confiserie Heindl, le paradis du chocolat autrichien, est également de rigueur si vous êtes dans les alentours. Attention toutefois, car une fois assailli par les délicieuses odeurs de chocolat, impossible de résister à certains achats compulsifs. Délicieux, mais pas aussi bon que notre chocolat suisse (comme d’habitude, je défends fièrement mes valeurs!).

Toujours depuis le Graben, on peut apercevoir l’église Saint-Pierre (Peterskirche) sur la Petersplatz (Place Saint-Pierre). Connue pour être un des lieux de concerts les plus variés de Vienne, son programme musical va des concerts d’orgue quotidiens gratuits aux représentations de chorales internationales. « L’Opéra dans la Crypte » se déroule régulièrement dans les anciennes voûtes sous la nef centrale, et durant le weekend, des sonates pour piano de Wolfgang Amadeus Mozart résonnent dans l’édifice. Le Classic Ensemble Vienna est invité plusieurs fois par semaine avec un programme allant de Mozart à Bach et Vivaldi en passant par Beethoven. C’est l’endroit parfait où se rendre après avoir mangé digéré ou même pour terminer une soirée en ville!

Enfin, je ne pouvais pas conclure cet article sans parler (encore) de nourriture. Ainsi, pour mon dernier jour à Vienne, j’ai réservé une table chez Filgmuller, une adresse incontournable de la capitale! En effet, les touristes viennent nombreux pour goûter à la spécialité de la maison, le traditionnel Wienerschnitzel XXL! Un peu plus cher que la moyenne pour ce genre de plat, cela reste toutefois raisonnable et la portion, plus que généreuse, est servie rapidement avec sa petite salade de pommes de terre. Miam! Bien entendu, la carte des mets vous proposera quantité d’autres plats typiques, mais la seule chose à retenir est d’impérativement penser à réserver, car le restaurant est toujours bondé, et ce quel que soit le jour de la semaine.

Vous l’aurez compris, j’ai vraiment adoré chacun des séjours que j’ai fais dans la capitale autrichienne et je me réjouis déjà de pouvoir y retourner! La visite de la ville, ou d’une partie tout du moins, se prête parfaitement à un long weekend, mais attention : d’autres personnes auront certainement la même idée que vous! Il convient dès lors de réserver suffisamment à l’avance pour profiter d’un vol et d’un hébergement abordable et bien situé. Vous n’avez pas encore visité Vienne? Et bien, c’est le moment où jamais!