Project Description

Lors de mon séjour à Sofia, j’avais prévu une journée pour visiter le monastère de Rila, probalement le plus connu de Bulgarie. Simplement, une journée complète au monastère aurait été bien trop longue. Aussi ai-je décidé de visiter le village de Melnik avant de me rendre à Rila. Melnik est le plus petit village de Bulgarie et compte 208 habitants. Il est abrité dans les versants sud de la montagne Pirin, au milieu des fameuses pyramides de sable et à 175 km au sud de Sofia. Des ruines datant de l’Antiquité mises au jour lors de fouilles archéologiques témoignent de la longue et riche histoire de Melnik.

Pour cette excursion d’une journée, j’ai choisi de faire appel à l’agence Traventuria, basée à Sofia. L’agence fait la promotion du voyage responsable et possède des objectifs environnementaux, économiques et sociaux. Proposant également un bon nombre d’excursions dans toute la Bulgarie, j’ai utilisé leur service à plusieurs reprises et en ai été globalement très satisfait. J’ai beaucoup apprécié l’amabilité de mon chauffeur et guide Simon et ses explications ont grandement facilité ma compréhension de l’endroit.

À LA RECHERCHE DU CÉLÈBRE VIN DE MELNIK

C’est une longue journée de voyage qui nous attend, mon guide Simon et moi. J’ai cru pendant un instant qu’il était le seul guide de Traventuria, car c’est le 3ème jour d’affilé qu’il me sert de guide, mais comme nous sommes en basse saison, ils ne sont pas beaucoup à travailler, ce qui explique pourquoi j’ai revu Simon à plusieurs reprises. Nous partons donc de bon matin en direction de Melnik. Parlons un peu de l’histoire de ce village, tout comme l’a fait mon chauffeur durant notre long trajet.

Les premières sources écrites pour la forteresse de Melnik datent du 11e siècle. Les premiers immigrés sur le territoire actuel de Melnik furent les Traces. Quelques siècles plus tard, ce territoire fut occupé par des romains. La preuve en est le pont antique préservé jusqu’à nos jours. Les slaves qui habitèrent ce territoire par la suite appelèrent la ville Melnik à cause des pyramides de sable tout autour. Le nom vient du mot slave « mel » qui signifie « glaise blanche », un type d’argile.

En 1215, Melnik se transforma en la capitale d’un royaume féodal indépendant, gouverné par le despote (titre noble médiéval en Bulgarie) Alexii Slave. Les ruines de sa forteresse près de la ville sont préservées jusqu’à nos jours. En 1395, les territoires bulgares aussi bien que la région de Melnik tombèrent sous la domination ottomane pendant presque 5 siècles, jusqu’en 1912.

Au 18e siècle lors du Renouveau bulgare, Melnik se transforma en une ville florissante avec un territoire important, beaucoup d’habitants et un grand marché. Les commerçants locaux vendaient leurs produits à Budapest, Vienne, Gênes ou encore Venise. Melnik est devenue célèbre dans toute l’Europe et l’est encore aujourd’hui de par son excellent vin. Cette belle époque prit fin lorsque Melnik s’est vue refuser l’entrée à la Bulgarie indépendante et est restée sous la domination ottomane jusqu’à la guerre des Balkans de 1912. Les armées qui y sont passées ont limogé la ville, ce qui explique son état actuel et sa faible population.

C’est au temps du Renouveau bulgare que datent les monuments de l’architecture les plus remarquables du village, témoignant du progrès économique de cette période. Une des maisons les plus anciennes des Balkans est la Maison du Boyard, qui fut la résidence du despote Alexii Slave. Au milieu du 13e siècle, une partie du bâtiment fut incendiée et démolie, puis restaurée et transformée durant les siècles suivants. Les deux autres maisons-monuments de l’architecture du temps du Renouveau sont la Maison de Pashov et la Maison de Kordopoulov. C’est cette dernière que nous allons visiter, la Maison du Boyard étant fermée pour cause de rénovation.

Nous remontons le village par une charmante rue pavée qui longe un cours d’eau quasi asséché. Plus haut, nous apercevons la maison de Kordopoulov sur une petite crête.

La maison de Kordopoulov était le bâtiment résidentiel familial le plus grand de Bulgarie au temps du Renouveau. Bâti en 1754, il appartenait à la famille Kordopoulov, une famille très riche de Melnik qui s’occupait de la production du vin. Les caves à vin sont creusés directement dans la roche à l’arrière et sous la maison. Une température constante toute l’année et une bonne ventilation fournissent les meilleures conditions pour la préparation et le vieillissement du célèbre vin de Melnik.

Les chambres sont décorées dans un mélange de styles importés d’Italie et de Turquie. Les douze vitraux vénitiens et orientaux diffuse une faible lumière sur des meubles turcs et tapis bulgares du salon. Chaque chambre a sa propre utilité et il y a même une prison où les domestiques indisciplinés et leurs enfants étaient enfermés. On y retrouve aussi un placard caché destiné à pouvoir écouter discrètement les visiteurs. La terrasse sur le toit possède même son propre cadran solaire au cœur d’une jolie mosaïque de pierre. La cave, formée de tunnels atteignant plus de 200 mètres, contenait jusqu’à 300 tonnes de vin à l’apogée du commerce des Kordopoulos.

En parlant de vin, celui de Melnik est connu dans toute l’Europe. En effet, l’unique cépage bulgare Shiroka melnishka loza produit un raisin d’une qualité rare, avec des arômes de mûre, de cerise et d’herbes. Après un temps de maturation variable dans de grands tonneaux en chêne, le vin développe même des nuances de tabac et de cuir. C’est sans conteste l’une des fiertés de la région que j’ai eu la chance de déguster à la fin de la visite : un couleur rouge pourpre aux reflets grenat, des senteurs de fruits rouges mûrs, une finale légèrement épicée et un arôme riche et dense, très élégant et long en bouche. Un régal ! Près de la ville se trouvent les Pyramides de Melnik.

Façonnées par la nature pour être transformées en de véritables œuvres d’art, ces pyramides surréalistes sont un site naturel unique qui attire des touristes venus des quatre coins du monde. L’aspect singulier des pyramides tient vraisemblablement à des reprises d’érosion, qui ont transformé le terrain composé de sols sableux, découpant au fil du temps des falaises sableuses de formes variées. Notons que l’étrange paysage des « pyramides » de Melnik est toujours en transformation et la géologie et les intempéries ont conjugué ici leur talent pour créer un environnement sans cesse changeant au fil du temps.

La nature en tant que maître d’œuvre a créé un tableau atypique et ces étranges sculptures naturelles rappellent une succession de pyramides aux formes et aux contours très variés, et avec un peu d’imagination les visiteurs pourront déceler des champignons géants, des meules de foin, des minarets, des crêtes et des sommets alpins, des épées ou des obélisques. D’autres encore ressemblent aux pyramides égyptiennes, aux églises gothiques, etc.

Après la visite, nous redescendons vers notre point de départ. Direction le monastère de Rila!

BILAN DE MON VOYAGE À MELNIK

La visite de Melnik faisant partie du tour « Melnik – Monastère de Rila », je n’avais pas d’autres opportunités pour visiter la ville, à moins de me rendre sur place par mes propres moyens. Le fait que Melnik soit groupé avec une attraction bien connue comme Rila amènera certainement le visiteur de passage comme moi à découvrir une petit village charmant dont l’existence n’était même pas soupçonnée ! Je recommande donc cette visite de Melnik, d’autant que le trajet pour s’y rendre est vraiment sympathique, bien qu’un peu long. Si vous avez du temps devant vous lors de votre visite à Melnik, profitez de manger et même de dormir sur place.