Project Description

A une heure en train de Barcelone, le monastère de Montserrat est perché dans un massif montagneux aux formes étranges et à la végétation dense. De longs monolithes verticaux prennent des formes humaines ou animales surprenantes. Le monastère de Montserrat est un des lieux les plus visités de la Catalogne, une sorte de Lourdes espagnole avec une Vierge noire et de magnifiques randonnées.

MONASTÈRE ET CHANTS LITURGIQUES SUR FOND DE MASSIF MONTAGNEUX

C’est lors d’un tour de quelques semaine en Espagne que j’entreprends de visiter le monastère de Montserrat. Je passe donc une après-midi sur place après être parti de Barcelone.

La Légende de Montserrat

En l’an 880, un samedi après-midi à la tombée de la nuit, des pâtres virent descendre du ciel une puissante lumière accompagnée d’une belle mélodie. Le samedi suivant, la vision se répéta. Les quatre samedis suivants, le recteur d’Olesa les accompagna et put constater la vision miraculeuse.

Après avoir pris connaissance de l’événement, l’évêque qui se trouvait à Manresa organisa une montée au Montserrat pendant laquelle fut découverte une grotte où se trouvait une image de la Sainte Vierge. L’évêque proposa alors de la transférer à Manresa, mais dès qu’ils essayèrent de la mouvoir, elle se fit tant pesante qu’il ne purent la faire bouger. L’homme d’Église interpréta ce fait comme la volonté de la Sainte Vierge de rester en ce lieu et décida de faire construire une chapelle sur le site.

Depuis cette légende, Montserrat est considéré comme un haut lieu du catholicisme tant espagnol que catalan, puisqu’elle est ainsi fêtée le 27 avril.

La communauté monastique actuelle est composée d’une vingtaine de moines qui suivent la règle de Saint Benoît dont l’objectif principal est de conserver Montserrat en tant que lieu de prière et de recueillement. Les moines assurent également le bon fonctionnement de l’hôtellerie et de l’accueil des pèlerins, en plus d’activités de recherche et d’édition.

On peut accéder à l’abbaye par la route depuis Monistrol de Montserrat, San Salvador de Guardiola et Bruc. On peut aussi y accéder depuis Monistrol par un téléphérique ou par un train à crémaillère. Une fois au monastère, on peut rejoindre la sainte grotte et San Juan par deux funiculaires, mais attention aux touristes ! Il y avait tellement de monde à ma visite car je n’ai pas pu voir la grotte. Plusieurs sentiers de randonnée sont aménagés et permettent notamment d’accéder à d’autres vestiges, dont de nombreux anciens ermitages ou monuments disséminés dans les montagnes environnantes.

Je démarre la visite une fois arrivé via le train à crémaillère. En parcourant ce complexe monastique, je visite l’office du tourisme, quelques échoppes de souvenirs, puis je tombe sur la place de l’Abat Oliba, situé près de l’hôtellerie.

Cette place est un jardin parcouru par un torrent qui sert de cadre à une statue en bronze du fondateur du monastère, l’abbé Oliba. L’œuvre a été créée en 1992 par le sculpteur Manuel Cusachs à qui on doit également un ensemble de sculptures dans le Rosaire monumental de Montserrat. La main gauche de l’abbé tient des plans de l’église primitive de Montserrat tandis que la droite souhaite la bienvenue aux visiteurs selon la tradition bénédictine. Ensuite, je me dirige vers la basilique située dans les hauteurs du complexe.

Devant la basilique se trouve la place Santa-Maria. On y retrouve une statue de saint Georges de 1986 du sculpteur Josep Maria Subirachs, ainsi qu’une esplanade à trois niveaux, datant de 1929 et conçue par l’architecte catalan Josep Puig i Cadafalch. La statue est ainsi faite qu’elle vous suit du regard quelle que soit votre position.

Au bout de l’esplanade se dresse la façade du monastère, commencée en 1942 et terminée en 1968, œuvre de l’architecte Francesc Folguera. La façade clôt la place et mène à la basilique. Elle est surmontée de trois grandes arcades décorées de bas-reliefs du sculpteur Joan Rebull Torroja, illustrant saint Benoît, la proclamation du dogme de l’Assomption de Marie par le pape Pie XII et Saint Georges, patron de la Catalogne, avec un hommage aux moines morts durant la Guerre civile espagnole.

La façade du monastère est percée d’arcades qui permettent de déboucher sur le parvis devant la basilique. Sous les arcades se dresse une sculpture de Domènec Fita représentant saint Benoît.

Le parvis lui-même, en marbre blanc et noir, est décoré depuis 1956 de sgraffites d’après les dessins de Josep Obiols. Enfin, nous voici à l’intérieur de la basilique. Il y a passablement de monde, car l’Escolanía de Montserrat, un chœur de garçons catalans, s’apprête à chanter. En attendant le début, je fais péniblement le tour de la basilique et prend quelques photos.

Au fond de la nef, au-dessus du chœur des moines, une niche conçue par Francesc de Paula del Villar est aménagée pour recevoir, sur un trône en argent, la Vierge de Montserrat, à laquelle les pèlerins et les visiteurs accèdent par un escalier latéral. Il y a souvent beaucoup de monde, surtout en haute saison, qui attendent patiemment de pouvoir s’en approcher. L’autel est fait d’un bloc de pierre de huit tonnes et repose sur une dalle provenant de l’ancien autel de la basilique. Au-dessus, un imposant baldaquin est suspendu auquel sont accrochés une croix en or avec un Christ en ivoire, attribués à Lorenzo Ghiberti.

Les enfants de Escolanía entrent finalement dans l’église et s’en suit 10 minutes de chants liturgiques, très court mais magnifique !

Je profite de sortir rapidement avant la foule et décide de me promener sur un des chemins de randonnées alentours pendant une heure ou deux avant de redescendre du monastère pour retourner à Barcelone.

Montserrat est vraiment un site exceptionnel. La forme des montagnes elles-mêmes est remarquable et les points de vue panoramiques sont magnifiques ! Ajoutez à ce coin de nature le monastère de Montserrat et c’est un véritable paysage de carte postale que vous obtiendrez. Sa position dans les hauteurs renforce son accent spirituel, et les montagnes agissent comme de véritables gardiennes de ce lieu atypique.