Project Description

Le Cap Sounion, désigné aussi comme le Cap des Colonnes ou Kavokolones, se situe à la pointe extrême sud de l’Attique. La zone qui s’étend autour du temple de Poséidon a été déclarée « parc national » en raison de son importance naturelle. Le site de Sounion était très prospère durant le 5ème siècle av. J.-C., et des preuves d’habitation dès la Préhistoire sont confirmées par les diverses découvertes effectuées dans la région.

Lors d’une fête à Athènes, les dieux organisèrent un concours pour savoir lequel d’entre eux serait le protecteur de la ville. Poséidon, dieu des mers, frappa un rocher de son trident. De cette faille jaillit de l’eau salée. Athéna créa l’olivier, symbole de paix qui plus tard deviendra son emblème. Toutes les femmes athéniennes votèrent pour Athéna et tous les hommes pour Poséidon. Les femmes étant plus nombreuses que les hommes, ce fut Athéna qui devint la protectrice d’Athènes. Alors Poséidon inonda la campagne environnante sous le coup de la fureur, jusqu’à ce que Zeus trouve un arrangement : Poséidon obtint ainsi un temple au cap Sounion.

Comme j’avais une demi-journée de libre lors de ma visite à Athènes, j’en ai profité pour me rendre, via un groupe organisé, au Cap Sounion, où se termine la préfecture de l’Attique. Durant le trajet de 30 minutes, nous traversons plusieurs villages de caractère qui possèdent encore de nombreux vestiges de la Grèce Antique et pouvons admirer les paysages magnifiques de cette région le long du chemin côtier, avec notamment le Golfe Saronique. Le Temple de Poséidon dédié au dieu des mers, qui est représenté dans la mythologie grecque avec son redoutable trident et les tempêtes qui l’entourent, nous attend à l’arrivée. C’est le point le plus méridional et le plus haut du cap et le monument est entouré sur tout son périmètre par la mer Égée.

La construction originale du Temple a commencé au début du 5ème siècle av. J.-C., mais il fut détruit par les Perses lors des guerres médiques. Ainsi, les Athéniens ont construit le nouveau temple dont certaines parties ont survécu jusqu’à nos jours. De style dorique, le temple portait une frise avec ornementation sculptée et il était paré d’énormes Kouros. Trois d’entre eux ont été retrouvés et sont exposés au Musée Archéologique National. Par ailleurs, le Sanctuaire avait 6 colonnes sur ses petits côtés et 13 en largeur. Aujourd’hui, il conserve bon nombre de ses colonnes et 2 pilastres sur le côté est. La partie ouest du Temple a été entièrement détruite. Dans la 9ème année de la Guerre du Péloponnèse, le monument a été fortifié et cet ouvrage fut alors considéré comme la forteresse la plus puissante de l’Attique. Le Temple de Poséidon, construit en marbre d’Agrileza, est l’un des sites les plus importants de la région d’Athènes.

Après nous avoir raconté l’histoire du lieu, notre guide nous emmène faire un tour dans les environs, nous prenons quelques photos et rejoignons finalement Athènes en fin de journée. Je retiendrai de cette excursion la splendide vue sur la mer Égée, ainsi que l’histoire du temple lui-même. Par contre, il n’y a absolument rien d’autre à faire dans le coin. Du coup, le trajet aller/retour avec un guide peut paraître cher payé pour si peu, mais il suffit de tomber sur une personne passionnée qui arrive à partager ses connaissances et on passe tout de même un bon moment.