Project Description

À une vingtaine de kilomètres au sud du Landmannalaugar, la vallée de Þórsmörk (prononcez « Thorsmork », « Forêt de Thor » en français) est un incontournable pour qui aime la randonnée. Il s’agit d’un petit massif montagneux du sud de l’Islande, situé à l’abri des vents et aux pieds des glaciers Myrdalsjokull et Eyjafjallajokull. La région bénéficie d’un climat doux et d’un fort ensoleillement durant les mois d’été et figure parmi les sites les plus intéressants pour la marche dans le pays. Ce sont en effet de belles et longues promenades qui attendent les amateurs aux pieds des glaciers, là où s’étendent d’immenses forêts de bouleaux aux ombres féériques.

Étonnant contraste entre paysage lunaire et collines luxuriantes

En route ! Depuis Reykjavik, nous traverserons Hellisheiði en direction de Selfoss, puis suivons la côte sud jusqu’à Hvolsvöllur, où nous faisons une petite pause. De là, nous continuons notre route en direction de Básar et nous arrêtons au pied de la célèbre cascade de 60 m de haut, Seljalandsfoss. Il est possible de s’aventurer derrière la chute d’eau, mais prenez garde ! La région étant régulièrement balayée par de forts vents, l’eau prend alors n’importe quelle direction et si vous êtes dans la petite cavité derrière la chute, c’est la douche assurée !

Notre voyage continue ensuite en direction de l’attraction principale de la journée, Þórsmörk. Nous nous arrêterons à Lónið, qui était autrefois un superbe lac glaciaire sur lequel descendait le glacier du Gigjökull depuis l’Eyjafjallajökull, aujourd’hui disparu suite à l’éruption de l’Eyjafjallajökull en 2010, car les eaux glaciaires se sont déversées en contrebas suite à la fonte de la glace survenue pendant l’éruption volcanique. À la place d’un beau petit lac, nous pouvons observer aujourd’hui de nombreux restes laissés suite à cette énorme inondation, un vrai paysage lunaire !

Sur le chemin à bord de notre véhicule tout-terrain, nous franchissons quelques rivières formées par la fonte glaciaire, mais ces dernières peuvent changer rapidement et passer d’un petit courant innocent en un torrent furieux. Notre chauffeur et guide nous informe que certains jours, la traversée peut être assez difficile et même parfois impossible. Toutefois, aujourd’hui étant une magnifique journée ensoleillée, nous ne rencontrerons aucun problème lors de notre traversée de la région. Attention cependant si vous êtes en voiture de location : Thorsmork est uniquement accessible en 4X4 et je vous déconseille de vous y rendre en voiture de tourisme car les pistes sont très caillouteuses et il faut traverser plusieurs cours d’eau !

Un peu plus loin, nous nous arrêterons au refuge de Básar pour profiter du paysage impressionnant avec ses multitudes de petits ravins et vallées revêtus d’une épaisse couche de jeunes bouleaux. Amoureux de la nature, de nombreux chemins de randonnées se trouvent à cet endroit et chacun peut trouver celui qui lui est le plus adapté. Nous repérons et suivons un petit sentier grimpant sur une colline voisine. Une fois au sommet, on se rend compte que la nature environnante a repris ses droits et le paysage est à couper le souffle ! La verdure omniprésente est rassurante et bienvenue, surtout après être passé un peu plus tôt par des plaines désolées sans aucun arbre ni brin d’herbe. Après quelques photos, nous redescendons vers notre point de départ et nous installons à l’une des tables de l’aire de pique-nique afin de manger les sandwichs que nous avions préparés la veille.

Notre guide nous rejoint alors et s’installe avec nous. Nous discutons alors d’un sujet peu commun : les elfes, trolls et autres créatures mythiques. Il est bon de préciser qu’aujourd’hui, un islandais sur deux affirme l’existence du huldufólk, le « peuple caché », le nom donné aux elfes. Certains prétendent même les voir ou leur parler. Ils habitent les rochers et les collines et ont la réputation d’être beaux, minces, petits comme des enfants, malins, espiègles, bienveillants ou indifférents aux hommes.

En fait, ce sont les enfants cachés d’Adam et Eve. La légende raconte que Dieu rendit visite à Adam et Eve, mais que cette dernière n’avais pas fini de laver tous ses enfants. Elle cacha donc ceux qui étaient sales et ne présenta à Dieu que les propres. Cependant, Dieu n’était pas dupe et décréta que puisque c’était ainsi, les enfants qu’elle lui avait caché le resteraient à tout jamais aux yeux des hommes. C’est la raison pour laquelle les elfes sont invisibles, sauf s’ils souhaitent se montrer. Ils vivent en parallèle de notre monde et n’influent que peu souvent sur les affaires des mortels.

Le reste de notre groupe nous rejoins alors et nous poursuivons notre discussion. Notre guide nous raconte alors que dans les années 70, une route était en construction dans la banlieue de Reykjavik. Il était alors nécessaire de détruire une colline rocheuse afin de libérer l’accès. Un médium contacta alors les autorités et précisa que la colline était habitée par les elfes et ne devait pas être détruite, mais il ne fut pas pris au sérieux. Cependant, après divers et curieux incidents, disparition de matériel et pannes subites de machines, ses propos furent enfin pris en compte et le tracé de la route fut modifié pour contourner la colline. Depuis lors et avant chaque constructions, les islandais font appel à des voyants pour identifier les rochers susceptibles d’être « habités » par les elfes afin d’éviter tout incident.

On nous recommande alors de prêter attention au contenu des jardins islandais durant notre voyage et si l’on remarque la présence de quelques pierres entassées dans un coin, il s’agit certainement d’un habitat pour les elfes. Quand on construit une nouvelle maison, la tradition veut en effet qu’on réserve une petite place aux esprits qui habitaient les lieux auparavant afin de rester en bons termes avec eux et s’assurer de leur bienveillance.

Sur le chemin du retour à Reykjavik, nous nous dirigeons vers la gorge de Stakkholtsgjá. Durant le trajet, notre guide nous parle alors des trolls. Ils sont méchants, cruels, infiniment laids, forts et trapus, mais plutôt bêtes. Ils vivent dans des grottes et se nourrissent de chair humaine ou à défaut de bétail. Ce sont l’équivalent de nos ogres. Quand une trollesse capture un homme, ce n’est pas toujours pour le manger. Elle peut le réduire en esclavage et si celui-ci n’a pas réussi à s’échapper dans les deux ans, il se transforme définitivement en troll.

Leurs points faibles sont la boisson et les rayons du soleil. Dès que le jour se lève, si le troll n’a pas regagné sa caverne, il est changé en pierre à tout jamais. Un conte populaire raconte comment un homme a réussi à échapper à un groupe de trolls en leur offrant de la bière pendant toute la nuit, leur faisant oublier toute prudence et notion du temps. Ils furent surpris par le lever du jour et furent pétrifiés pour l’éternité.

Une fois à Stakkholtsgjá, nous sommes reparti pour une bonne heure de randonnée. Au fur et à mesure de notre progression, nous franchissons une petite rivière, admirons les hautes parois et atteignons finalement la fin de la gorge. Notre récompense est une magnifique cascade presque camouflée par l’obscurité, et dont le chemin d’accès est assez chaotique ! Nous observons les falaises et imaginons que des elfes y vivent peut-être ! A moins qu’il ne s’agisse de trolls surpris par la lumière du soleil et pour toujours pétrifiés… Après notre ballade, nous revenons sur nos pas, puis reprenons une dernière fois la route vers Reykjavik. Ce fut à nouveau une magnifique journée ensoleillée, où nous avons appris pas mal de chose concernant elfes et trolls, un sujet très intéressant et informatif sur la culture islandaise.