Project Description

Pour cette première visite des fjords de Norvège, j’ai choisi de passer par l’agence Fjord Tours afin de réserver directement un « package » chez eux. Celui qui a éveillé mon intérêt est le Geirangerfjord & Norway in a Nutshell®. Il s’agit d’un tour organisé non-accompagné dont seuls les transports sont réservés et qui couvre deux des excursions les plus populaires de Norvège : une croisière sur le Geirangerfjord et le célèbre Norway in a nutshell®, qui est un magnifique voyage d’Oslo à Bergen (ou l’inverse, voir en roundtrip) via Voss, Gudvangen, Flåm et Myrdal. En plus de cela, la visite d’Ålesund et une croisière sur le Hardangerfjord, second fjord de Norvège, font partie du voyage. J’effectue ce voyage avec un ami et nous logerons à l’hôtel afin de nous assurer un certain confort après de longues journées de visites. Nous mangerons de temps à autre dans des restaurants locaux et profiterons des différentes activités proposées sur place.

Nous embarquons à bord du MS Nordnorge, un des onze navires de la flotte de l’express côtier Hurtigruten, puis partons d’Ålesund vers 09:30 a.m. pour une croisière d’environ 4 heures jusqu’à Geiranger. Une fois sur place, nous aurons également 4 heures de temps libre, idéal pour une petite visite et pour manger un morceau. Puis, nous rentrons à Ålesund en bus en passant par l’un des deux magnifiques points de vue de la région, Ørnesvingen.

Comme le titre de l’article le résume bien, ce fjord n’est rien de moins qu’éblouissant. C’est un paysage de conte de fées avec ses majestueuses montagnes, ses hauts enneigés, ses cascades belles et sauvages, sa végétation luxuriante, sans oublier les couleurs sublime et le calme des eaux du fjord lui-même.

Ce dernier s’étire sur plus de 100 km d’Ålesund à Geiranger. L’aspect dominant les premiers kilomètres est la présence de petites communautés le long du fjord. Sur la rive nord se situe Sula (7’500 habitants) et sur la rive sud se trouve ce qui était autrefois le centre de la chasse au phoque dans les eaux arctiques. Les villes de Sykkylven et Ekornes, dont l’industrie principale est la fabrication de meubles, sont établies plus à l’est sur la rive sud. Il doit y faire bon vivre, car les 7’000 habitants sont capables d’assurer une production pour le marché mondial des célèbres fauteuils de relaxation Stressless !

La partie centrale du fjord se caractérise par des massifs montagneux plongeant littéralement à pic dans la mer. L’homme n’a pas pu construire de ville à cet endroit, mais il existe une exception. Cette dernière se nomme Stranda (4’600 habitants), un bourg connu au début pour sa fabrication de meubles, puis de saucisses avant de développer une industrie de pizza. Le fond du fjord donne l’impression que les montagnes ont pris le contrôle et ne laissent filtrer plus loin que quelques gouttes de l’océan Atlantique. Ici, tout se passe selon les règles de la montagne.

C’est avec admiration et envie que l’on observe les quelques fermes construites au sommet de ces plateaux. Le sentier prenant naissance au bord du fjord était si escarpé que des échelles avaient été installées pour atteindre certaines habitations. On raconte même que ces échelles étaient retirées « pour réparation » lorsqu’on voyait venir le collecteur d’impôts… On imagine que le facteur était plus facilement accueilli, car certains hameaux perchés sur les hauteurs possèdent leur propre office de poste !

Grâce à la fonte des neiges et aux pluies récentes, nous avons pu voir les chutes d’eau de Brudesløret (« Le Voile de la Mariée ») et De syv søstrene (« Les Sept sœurs ») qui, dans une exubérance juvénile, dévalent la pente tandis que le vaillant Friaren (« prétendant ») fait sa cour depuis l’autre rive du fjord.

Enfin, tout au fond du fjord se cache l’adorable village de Geiranger qui est l’une des destinations favorites des voyageurs du monde entier. Niché au creux d’une des branches du Storfjord, il offre quelques-uns des plus beaux panoramas au monde et a ainsi été déclarée « plus belle destination » en Norvège par le guide Lonely Planet. C’est également le troisième plus grand port de croisière norvégien, recevant à près de 160 navires durant les quatre mois de la saison touristique (mai-août). Plusieurs centaines de milliers de personnes y font par ailleurs étape chaque été, faisant du tourisme la principale activité de ses 250 résidents permanents.

A peine de retour sur la terre ferme après le débarquement, il se met à pleuvoir à torrent pendant près de 15 minutes. Nous avons juste le temps de nous réfugier dans le bâtiment de l’office du tourisme, parfait pour récupérer quelques informations en attendant que la pluie cesse. En plus de la quantité de brochures sur les différentes excursions et activités, nous nous procurons une petite carte de l’endroit. En questionnant l’hôtesse pour connaître les horaires des bus touristiques pour nous emmener aux différents points de vue, nous apprenons que le premier et dernier bus de la journée est déjà parti voilà une heure. Tant pis, nous ferons sans.

Une fois l’averse passée, nous nous promenons dans le village, visitons quelques magasins et allons finalement manger au Ole Buda Restaurant, un excellent restaurant dans un décor original.

Avant notre repas, nous avons repéré un magasin de chocolat, Geiranger Sjokolade, juste en face du restaurant. En tant qu’habitants du pays du chocolat, il va s’en dire qu’il est de notre devoir de goûter ce chocolat norvégien, fabriqué sur place en de nombreuses variantes toutes plus originales et délicieuses les unes que les autres.

C’est une belle après-midi, certes nuageuse mais au combien gourmande, que nous avons passé à Geiranger. Sur le chemin du retour à Ålesund, notre bus s’arrête sur le point de vue Ørnesvingen, la Route des Aigles. C’est le tronçon de route le plus raide sur le flanc de montagne entre Geiranger et Eidsdal. La route grimpe en effet par 11 virages en épingle à cheveux depuis le Geirangerfjord jusqu’au point culminant de la route, Korsmyra, à 620 mètres d’altitude. Inaugurée le 15 septembre 1955, cette route a permis au village de Geiranger d’être accessible toute l’année. Elle a été surnommée Route des Aigles parce qu’en son point culminant, elle passe par un endroit qui abritait traditionnellement un grand nombre de ces oiseaux.

Le nom reflète également l’aspect sauvage et spectaculaire que découvrent les touristes et les autres usagers de la route, en particulier s’ils s’arrêtent à Ørnesvingen, le plus élevé des virages en épingle à cheveux. Ce site a été aménagé pour permettre aux visiteurs d’admirer le magnifique panorama sur Geiranger, le Geirangerfjord, De syv søstrene (la cascade des Sept Sœurs) et la ferme d’alpage Knivsflå, ou de contempler les nombreux navires de croisière qui circulent dans le fjord.

Poursuite de notre voyage et retour en soirée à Ålesund.

BILAN DE CETTE JOURNÉE À GEIRANGER

Magnifique, superbe, magique ! Mis à part cette petite averse, Geiranger et son fjord sont à mettre obligatoirement sur votre liste de chose à voir lors de votre prochain voyage en Norvège. Un one-day trip donne un excellent aperçu des environs et donne définitivement envie d’y retourner. Le village n’est pas bien grand, mais il y a tout ce qu’il faut. Le camping, idéalement situé, vous permettra d’économiser un peu d’argent du point de vue de l’hébergement, car les quelques hôtels du coin ne sont pas forcément bon marché. Des restaurants et magasins sont également disponibles. Geiranger est également le lieu de départ de nombreuses excursions et je pense qu’on peut aisément passer une semaine sur place en étant occupé tous les jours !

LIENS UTILES