Project Description

Enracinée en plein cœur de l’Europe, la Slovénie a conservé les traces du passage de ses glorieux voisins. Recouverte par d’épaisses forêts, cette terre offre des paysages d’une diversité sans pareil : des alpes et hauts sommets aux lacs et vallées glaciaires, des campagnes et plaines bucoliques aux milliers de grottes et rivières souterraines, sans oublier la multitude de cités médiévales et baroques à l’indéniable charme slave.

Aujourd’hui, je quitte Ljubljana pour une excursion d’une journée intitulée « La Route du Vin » et comprenant une visite de Maribor et Ptuj, ainsi qu’une dégustation de vin à Jeruzalem (si si !). J’ai à nouveau fais appel à l’agence Roundabout, spécialisée dans les tours et excursions en Slovénie et actuellement n°1 dans ce domaine sur TripAdvisor. En route !

Château de Ptuj

C’est avec un couple très charmant et accompagnés de notre chauffeur et guide que nous quittons Ljubljana de bon matin. Nous commençons cette journée de découverte par la ville de Ptuj, la plus ancienne cité de Slovénie située au cœur de la région de la Basse-Drava. En effet, la multitude de monuments et édifices qui la caractérisent ne peut que prouver sa richesse culturelle, sans parler de l’histoire de la cité qui remonte au début de l’âge de pierre. Aujourd’hui, Ptuj est un important centre commercial et une ville de marchés dotée d’une riche gastronomie reconnue, de nombreuses caves à vin et de centres thermaux dont la réputation n’est plus à faire.

Notre découverte des lieux commence par un tour du château, situé sur une colline déjà peuplée à l’époque préhistorique et romaine en raison de sa position stratégique. C’est là que fut construit le château entre le 9ème et 10ème siècle, dont seule une tour existe encore aujourd’hui sur le parvis ouest. Dans la première moitié du 12e siècle, le bâtiment ayant déjà succombé aux ravages du temps, l’archevêque Konrad de Salzbourg, alors Seigneur féodal de Ptuj, ordonna la construction d’un nouveau château. Les reconstructions et rénovations majeures qui eurent lieu durant les périodes Renaissance et Baroque ont laissé une empreinte forte sur l’édifice, aujourd’hui devenu un musée sur trois étages que nous allons visiter de ce pas.

Notre chauffeur nous laisse au bon soin d’un guide local pour la visite des lieux. Au rez-de-chaussée, nous pouvons admirer différentes collections d’objets d’art et d’instruments de musique utilisés à l’époque par les nobles et les citoyens aisés de Ptuj. Différentes salles meublées et quelques ateliers reconstitués nous font revivre le passé musical des lieux, le tout sous quelques enregistrements sonores du plus bel effet qui ajoutent aux charmes de l’exposition.

Nous grimpons à présent au premier étage, là où sont réparties les plus belles salles du château. Ici peuvent être admirés quantité de meubles d’époque en excellent état, des tapisseries très réalistes, des peintures aux couleurs vives et différents objets de la vie de tous les jours datant pour la plupart de la seconde moitié du 16ème siècle à la seconde moitié du 19ème siècle. Chaque salle de l’étage est un véritable petit musée en soi et c’est avec un plaisir non-dissimulé que j’en fais le tour.

Au deuxième étage, nous découvrons une impressionnante collection de costumes et masques traditionnels de carnaval. Ici, les noms slovènes sont partout et en plus d’être incompréhensibles, ils sont quasiment imprononçables par votre serviteur. Je retiens tout de même que certains des costumes présents sont portés durant le carnaval Kurentovanje de Ptuj, l’un des grands événements du folklore slovène.

Ce carnaval met en scène le Korent (ou Kurent), un personnage vêtu d’une peau de mouton et coiffé d’une toque surmontée de cornes de bœuf, symboles des quartiers de lune. Ses yeux sont cerclés de rouge, avec un long nez blanc, une langue pendante, des dents apparentes, et il porte de nombreuses clochettes à sa ceinture. Pendant plusieurs jours, ces effrayants Korenti (ou Kurenti) passent de maison en maison avec, dit-on, pouvoir de chasser l’hiver et ses démons, et apporter l’abondance grâce à leur masques hideux.

Le carnaval s’ouvre un samedi sur une parade costumée et masquée et une fois le soir venu, c’est toute la ville qui vibre au rythme des spectacles de rues. Les costumes sont confectionnés à la main selon d’anciennes traditions et je suis certain qu’assister au carnaval doit être une expérience unique, bien différentes des carnavals de Rio de Janeiro ou encore de Venise. Leur seul point commun est le mois de février – moment de l’année où les carnavals ont lieu.

Après la visite du château, nous redescendons au cœur de la ville et entamons une brève visite des lieux. Il y a beaucoup de monde aujourd’hui, car c’est jour de marché. Cependant, à l’inverse d’autres régions ou pays, le marché n’est ici pas seulement centralisé sur la traditionnelle place du village, mais dans presque chaque rue adjacente ! Il est donc difficile de se déplacer et de pouvoir admirer les quelques anciens bâtiments présents, dont l’hôtel de ville sur la place Mestni Trg, ainsi que l’Église Saint George et l’ancien hôtel de ville sur la place Slovenski Trg. Nous reprenons finalement la route après environ une petite heure sur place.

La Route des Vins de Jeruzalem

Jeruzalem, c’est le nom donné à cette région par les croisés au 13ème siècle lorsqu’ils cherchaient la route vers la ville dite « trois fois sainte ». Ici passe une des plus célèbres « Route des vins » où prospère un blanc et un rouge d’une qualité incomparable, dont les coteaux s’étendent à perte de vue sur de magnifiques collines que certains n’hésitent pas à classer parmi les plus beaux paysages au monde. C’est dans une ferme touristique que nous nous arrêtons pour notre repas de midi, en plus de participer à une dégustation de plusieurs excellents crus locaux. Je tiens à signaler n’avoir jamais vraiment apprécié à sa juste valeur le vin blanc, mais cette dégustation aura eu le mérite de m’avoir fait changer d’avis.

C’est ainsi confortablement installé à l’ombre d’une terrasse que nous admirons le magnifique cadre naturel environnant, que l’on dit paré des plus belles couleurs quelle que soit la saison. L’hospitalité des locaux est à souligner, tout comme la qualité et la variété des crus produits sur ces collines verdoyantes. Pour notre dégustation, nous avons un immense choix à notre disposition : šipon, riesling de Laško et riesling rhénan, chardonnay, sauvignon, pinots blanc, gris et noir, gewurztraminer, muscat à petits grains blancs et muscat ottonel, rizvanec, kerner et ranina.

Soyons francs, il s’agit là d’une véritable symphonie « en blanc » et si j’avais une dent contre ce type de vin avant, ce n’est désormais plus le cas. Notre dégustation se poursuit accompagnée de plusieurs plateaux apéritifs fait maison jusqu’en milieu d’après-midi. L’avantage que présente un petit groupe de 3 personnes comme le nôtre est que l’on peut « moduler » notre journée selon nos envies. Nous avons finalement passé ici un excellent moment où vins et discussions animés ont littéralement « coulés à flot » ! Le revers de la médaille sera une visite relativement courte de Maribor, mais nous ferons avec.

Maribor, seconde ville de Slovénie

Maribor est la capitale d’une région viticole et montagneuse. Très proche de l’Autriche, elle constitue un trait d’union entre les cultures autrichienne et balkanique. Le cœur de la vieille-ville témoigne du passé florissant de Maribor, aujourd’hui à la fois un centre commercial moderne et un des plus importants centres touristiques du pays. Nous commençons notre visite au bord de la rivière Drava par rien de moins que le plus ancien pied de vigne au monde, âgé d’environ 450 ans ! C’est un véritable symbole de Maribor qui produit encore et toujours environ 35 à 55 kilos de raisins par vendange.

Son vin est ensuite conditionné dans une centaine de bouteilles mignonnettes vendues à prix d’or ou utilisées par la municipalité de Maribor comme cadeau protocolaire. Rien d’étonnant à cela, car nous sommes dans la région viticole la plus importante de Slovénie. Les bouteilles sont assorties d’un certificat d’authenticité avec un numéro de série et millésime et une copie avec le nom de la personnalité honorée est conservée dans les archives municipales. Citons notamment le Pape Jean-Paul II et Bill Clinton parmi les heureux propriétaires d’une telle bouteille.

Nous participons à nouveau à une petite dégustation sur place, mais je dois avouer commencer à ne plus voir très clair. Oui, je sais : lors d’une dégustation, nous ne sommes pas censé avaler le vin, mais le recracher discrètement dans une petite serviette. Dégustation oblige, nos verres ne sont jamais beaucoup rempli et c’est bien normal. Toutefois, ça va bien plus vite que l’on veut bien le croire : un verre, puis deux… Trois. Qua… Quatre, hips ! Ssss… schhh… shinnnnnqueuh !

Bon, redevenons sérieux. Maribor est une magnifique ville qui regorge d’activités à faire, même si l’on n’est pas très fan de caves à vins. Aujourd’hui étant un jour férié, la ville est très calme et se promener au cœur des rues et ruelles est un vrai plaisir. Notre tour à pied nous emmène notamment devant le château et la cathédrale Jean-Baptiste de Maribor, dont nous visitons l’intérieur. Cette dernière se situe au cœur de la ville médiévale, au centre de la place Slomšek et est magnifique, tant du point de vue architectural que de l’ameublement.

Notre visite se termine finalement alors que le soleil commence à décliner et c’est finalement avec un peu de regret que nous quittons Maribor. La visite des lieux fut courte, mais c’était prévu compte tenu du décalage de notre dégustation à Jeruzalem. C’est l’occasion pour moi de vouloir y retourner un jour afin d’y passer un peu plus de temps, tant la ville semble magique et dégage une atmosphère charmante !